L’association « Loisirs Éducatifs de Jeunes Sourds »

Une ouverture et une évolution :

Il est important de souligner que, dans l'esprit indiqué, les activités du groupe Éclaireuses & Éclaireurs de France de l'Institut National ont été, pendant long­temps, les seules activités « généralistes » proposées aux jeunes sourds. L'accueil bienveillant accordé par les Directeurs successifs de l'Institut a facilité leur réussite et leur pérennité.

Mais le monde change, et le développement des activités de loisirs (qui ris­quent de n'être pas toujours « éducatives » dans la mesure où elles deviennent un élément d'une société de consommation) a conduit les équipes de respon­sables à mener une réflexion en vue d'une évolution, qui s'est avérée double :

-   élargissement des activités proposées à des jeunes de toutes origines géo­graphiques, en dépassant le cadre strict de l'Institut de Paris – ce qui nécessi­tait un mode de fonctionnement et d'organisation différents –,

participation aux multiples activités associatives du secteur, en relation avec toutes les autres parties concernées : enseignants et éducateurs, adultes sourds, parents d'élèves.

La structure du groupe E.E.D.F. ne répondait plus à ce besoin. Sans que soient reniés les objectifs et principes d'origine, le choix a été fait de coopérer avec les autres associations du secteur des déficients auditifs, et, en premier lieu, avec la Société Centrale.

 

La Société Centrale d'Éducation et d'Assistance aux Sourds-Muets en France

Elle a été l'une des premières associations « reconnues d'utilité publique » – elle a même précédé la loi de 1901 puisque créée en 1850 et reconnue d’utilité publique en 1870 – sous le Second Empire par des enseignants de l'Institution Nationale des Sourds-Muets, sous la houlette de Ferdinand Berthier.

Éducation et Assistance : ces deux pôles définis dès l'origine traduisent une volonté de réflexion et d'action sur les problèmes rencontrés par les sourds, de tous âges et de toutes origines. Concrètement, le Conseil d'Administra­tion de l'Association est ouvert à toutes les formes d'accompagnement des initiatives répondant à ces objectifs. Notre proposition de coopération a donc été très favorablement accueillie dès le départ, et cet accueil ne s'est jamais démenti depuis.

 

Une création en commun :

Ce projet de coopération a trouvé bien vite un prolongement concret : pour tenir compte de la spécificité des activités envisagées en direction des jeunes déficients auditifs, et sur le conseil de Madame Trenel, Inspectrice de la Jeu­nesse et des Sports, ancienne responsable Éclaireurs de France, nous avons, très vite, envisagé la création d'une association à objectif propre, issue de la Société Centrale… et appuyée sur les cadres du groupe Éclaireuses & Éclaireurs de France de l'I.N.J.S. : l’Association « Loisirs Éducatifs de Jeunes Sourds ».

Les statuts de l’association, présentés dans les pages suivantes, en définissent les objectifs, les méthodes et les moyens. Une convention de coopération précisera par la suite ses relations avec les E.E.D.F., en particulier en ce qui concerne les deux activités majeures de l’association : le centre de rencontres du Fieux et les stages de formation utilisant la langue des signes.

L’association adhèrera ensuite à la « Jeunesse au Plein Air », fédération d’associations laïques d’éducation populaire, qui aidera, par des prêts réguliers, à assurer le financement des travaux du centre du Fieux.


La naissance de la nouvelle association

Un grand avis de naissance publié par le Bulletin d’information de la Société Centrale (devenu par la suite commun aux deux associations) est reproduit ci-après. Il présente l’origine de la nouvelle association et ses statuts, mais également le projet de création du centre de vacances du Fieux…

 

02.01_LEJS64.00b.jpg
 
02.01_LEJS64.01.jpg02.01_LEJS64.02.jpg
 
02.01_LEJS64.03.jpg02.01_LEJS64.04.jpg
 
02.01_LEJS64.05.jpg

En pages suivantes, les documents « officiels » attestant la déclaration de l’association, et son adhésion à la Jeunesse au Plein Air :

 

02.01_LEJS64.06.jpg02.01_LEJS72_JPA.jpg

 

Elle sera, par la suite, agréée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports comme « association d’éducation populaire », ce qui lui permettra d’organiser des stages de formation dont les diplômes seront reconnus par l’administration.

 

02.01_LEJS79_EP.jpg